PRÉVENIR LES MALADIES DANS LES RUCHES

Comme tous les êtres vivants, les abeilles sont menacées par des maladies ! Le vieil adage « mieux vaut prévenir que guérir » s’applique parfaitement à l’abeille, car les traitements des maladies, quand ils existent, sont loin d’être totalement efficaces ou inoffensifs pour l’abeille et son environnement.

 

Voici les 10 mesures indispensables pour prévenir les risques sanitaires :

 

  1. Avant d’installer un rucher, s’assurer des ressources mellifères (en apiculture sédentaire)

  2. Respecter les mesures réglementaires régissant l’implantation, la déclaration et le déplacement des ruchers

  3. Choisir des emplacements abrités des vents dominants et bien exposés au soleil pour éviter l’humidité, néfaste aux abeilles

  4. Effectuer les visites des colonies quand elles s’imposent, pour veiller à l’état des provisions et à la qualité du couvain. Couvain important, homogène: tout va bien, la reine est bonne; couvain faible en quantité : vieille reine, à changer ; couvain avec des trous, en mosaïque, signe d’une pathologie contre laquelle il faut réagir !

  5. Nettoyer et désinfecter les plateaux des ruches à la sortie de l’hiver

  6. Renouveler chaque année environ trois cadres sur dix constitue une excellente mesure d’hygiène

  7. Veiller à la qualité de l’habitat : ruches en bon état, bien protégées des intempéries par des peintures ou des traitements corrects, de telle façon que les parois ne soient pas imbibées d’humidité.
    Contre cette humidité, on recommande d’incliner les ruches en légère pente vers l’avant pour permettre l’évacuation des eaux de condensation durant l’hiver et pour que la pluie ne s’accumule par sur le plateau.
    Il est également bon d’isoler les ruches du sol en les disposant sur des supports
  1. Nettoyer et désinfecter le matériel d’exploitation avant son emploi. Pour le bois, la flamme du chalumeau est souveraine

  2. Pratiquer d’une façon correcte les traitements acaricides contre la varroase, qui est une maladie incontournable. Le varroa, en affaiblissant les colonies, favorise le développement d’autres maladies.

  3. Profiter du repos hivernal pour parfaire ses compétences en assistant à des réunions de formation ou en lisant des revues ou livres spécialisés.

 

Extrait de Le traité rustica de lapiculture (la bible des apiculteurs !)

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés